Tiziana Valentini

chansons urbaines déjantées

Gouailleuse et rieuse, la chanteuse Tiziana Valentini ne mâche pas ses mots et son interprétation est un corps à corps puissant avec chaque chanson, une transe physique et musicale qui l’entraîne en territoire de fête enflammée.

Sensualité de tigresse, regard charbonneux, toute de noir vêtue, virevoltante comme une flamme dansante, Tiziana porte ses origines italiennes à la pointe de son accent et de son tempérament brûlant mais chante en français la plupart du temps. Dans la lignée des chansons de bar qui cachent leur colère et leur mélancolie dans le fond des verres et des mélodies, ses titres s’accompagnent des mélopées d’accordéon de Maxime Perrin, virtuose en la matière. L’ivresse est au rendez-vous. Les rythmes tanguent, swinguent, libèrent leur énergie punk, leur inspiration jazz ou leurs nappes d’électro galopantes. La voix de cette magicienne envoûtante est un voyage au coeur de ses influences tous azimuts, des musiques traditionnelles au rock’n roll. Car c’est une femme libre qui ne s’interdit rien, une femme sensible et solide, riche de ses racines autant que de son déracinement. L’artiste s’adresse à tous à travers des chansons intimes et sociales questionnant avec entrain le monde depuis son coeur, qui mettent en jeu sa sueur, ses peurs, ses blessures, ses larmes et ses coups de gueule. Elle a plusieurs vies derrière elle, une pratique instrumentale éclectique (basse électrique, tambourin, guitare, percussions, accordéon), officié dans le théâtre et pratiqué le conte. Mais non, Tiziana ne part pas dans tous les sens, ses activités et expériences variées ont toutes un terreau commun, le goût de la scène et du partage. Et le public le lui rend bien.

Marie Plantin